Pages

vendredi 16 février 2018

Le PEI et l'EAM de Feuerstein



Dans un précédent article (ici), nous avions traité des Ateliers de Raisonnement Logique (ARL), l’une des méthodes les plus connues en éducabilité cognitive. Une autre, mondialement renommée est le Programme d’Enrichissement Instrumental (PEI).
Rappelons que l’éducabilité cognitive cherche à améliorer le fonctionnement intellectuel d’une personne, à tenter de lui permettre d’apprendre à apprendre, à l’aide d’une démarche de formation (Loarer, 1998).
R. Feuerstein (par ici, pour une petite biographie) a développé des outils dont le PEI. Cet outil a pour objectif de rendre plus modifiable l’individu  en changeant « les structures cognitives existantes et d’en créer de nouvelles.» (Cardinet, 2009, p. 192) notamment celles déficientes.  Le principe du PEI est fondé sur l’activité intellectuelle en trois temps (Despinoy, 2004) : 
  • l’input (recueil des données), 
  • l’élaboration (traitement des données) et,
  • l’output (restitution des données). 
 Pour favoriser les apprentissages, R. Feuerstein a pointé également le rôle important de médiateur et a cité 12 critères de l’Expérience d’Apprentissage Médiatisé (EAM) (Cardinet, 2009 ; Despinoy, 2004 ; Legrand et Lévêque, 1992) :
  • L’Intentionnalité et la réciprocité (le formateur partage ses intentions, s’adapte à l’apprenant et attend son retour),
  • La transcendance (consiste à faire des liens avec l’avant et aller au-delà des besoins),
  • La médiation de la signification (d’ordre cognitif et intègre des valeurs et des opinions),
  • La médiation du sentiment de compétence (faire prendre conscience à l’apprenant de ses capacités),
  • La  médiation de la régulation et du contrôle de comportement (régulation de l’investissement de la part de l’apprenant),
  • La médiation du comportement de partage (permet l’altérité),
  • La médiation de l’individualisation ou différenciation psychologique (permettre à l’apprenant de se distinguer des autres),
  • La médiation de la poursuite de buts (définir un plan d’action),
  • La médiation du sens du défi (être capable de le faire),
  • La médiation de sa propre modifiabilité (montrer que l’apprenant peut changer),
  • La médiation du choix de l’alternative optimiste (possibilité de faire un choix positif facilite l’activité de l’apprenant),
  • La médiation du sentiment d’appartenance (besoin de conformité).
Les trois premiers critères sont la base de l’EAM (Cardinet, 2009).


Pour compléter cet article et aller plus loin dans le détail de ces outils, je vous conseille les livres, outils suivants :

lundi 30 octobre 2017

Développer la capacité d'apprendre de Jean Berbaum




Un classique qui mérite d'être davantage connu.

Jean Berbaum (1988, 1990, 1995) a développé une approche originale pour faciliter et prendre conscience de la manière dont on apprend. Jean Berbaum était professeur de Sciences de l’Éducation à l'Université des Sciences Sociales de Grenoble.


Il propose que pour qu’un apprentissage ait lieu, il est nécessaire de prendre en compte plusieurs facteurs :  
l’apprenant, la situation d’apprentissage, l’objet d’apprentissage, l’environnement.

L’apprenant est décrit par ses particularités physiques et psychologiques. La situation d’apprentissage se caractérise par des circonstances temporelles, spatiales et matérielles, sociales et psychologiques. L’objet d’apprentissage se décrit par sa présentation, sa nature, son contenu et par les critères qui permettent d’évaluer la part de l’apprenant dans son appropriation. Enfin, le monde familial, social, culturel et institutionnel forme l’environnement.  

Jean Berbaum propose de développer la capacité d’apprendre à l’aide du Programme d’Aide au Développement de la Capacité d’Apprentissage (PADéCA) composé d’une vingtaine de fiches pédagogiques dont voici quelques intitulés :
  • Comment je me vois dans quelques années ? 

  • Mon environnement m’apprend beaucoup de choses. 
 
  • Techniques d’apprentissage : l’Evocation…

 
Le sommaire

1ére partie : Ce qu'est apprendre

Chapitre 1 : Pourquoi apprend-on ? Origines et finalités de l'apprentissage

Chapitre 2 : Comment apprend-on ? Les fonctions de l'apprenant

Chapitre 3 : Quand apprend-on ? Les structures à l'origine de l'apprentissage

2ème partie : Développer la capacité d'apprentissage

Chapitre 4 : La capacité d'apprentissage et son développement

Chapitre 5 : L'action quotidienne dans la classe ou le groupe de formation pour contribuer à développer la capacité d'apprentissage

Chapitre 6 : Des thèmes de réflexion pour développer la capacité d'apprentissage. Vers un programme d'aide au développement de la capacité d'apprentissage

3ème partie : Les fiches de travail.

  
La quatrième de couverture

 "Mieux apprendre est le projet de tout élève, de tout étudiant, de tout adulte qui désire poursuivre ou reprendre des études. C'est aussi le souhait que formule tout formateur à l'intention de ceux auxquels il s'adresse. Mais que proposer à des apprenants, des élèves, pour qu'effectivement ils apprennent mieux ? Pour répondre à cette question, il faut d'abord savoir en quoi consiste l'acte d'apprendre. C'est l'objet de la première partie de cet ouvrage qui rassemble, en les organisant de manière originale, les connaissances que l'on possède actuellement sur l' " apprendre ". L'auteur démontre ainsi qu'apprendre ce n'est pas seulement accumuler des savoirs à travers la lecture, l'observation, l'écoute, c'est aussi adopter une attitude positive vis-à-vis de ce qu'on apprend, de ce que l'on veut en faire. A partir de ces données, il est alors possible de proposer aux apprenants des informations, des moments de réflexion, une analyse de leur propre manière d'apprendre. La deuxième partie montre aux formateurs et aux enseignants comment ils peuvent associer de telles activités à l'enseignement qu'ils dispensent, réalisant ainsi un " programme d'aide au développement de la capacité d'apprentissage " sous forme d'informations et d'exercices visant à développer les attitudes adaptées et un savoir apprendre. Des fiches de travail, rassemblées dans la troisième partie, proposent des activités concrètes permettant de mettre en place un tel programme. Au-delà des enseignants et des formateurs, l'ouvrage de Jean Berbaum apportera des informations utiles aux parents qui veulent aider leurs enfants, ainsi qu'aux apprenants de tout âge qui cherchent à améliorer leur manière d'apprendre."



 Cliquez sur l'image, ci-après, et direction une fiche de lecture sur Persée (ref. en bas de page) :
http://www.persee.fr/doc/rfp_0556-7807_1992_num_100_1_2509_t1_0111_0000_1




C'est un livre à mettre dans toutes les mains...  mains d'enseignants.

Le seul hic, c'est de se procurer le livre ! Vous trouverez  quelques livres d'occasions sur www.abebooks.fr ou sur www.amazon.fr

Une chouette lecture en perspective !



Bibliographie :
  • Berbaum J. (1988). Pour aider l’apprenant - Un programme d’aide ai développement de la capacité d’apprentissage (le PADéCA) – Bases pour le formateur.  La Clastre : J.Berbaum. (le livre collector ;-))
  • Berbaum J. (1990). Un programme d’aide au développement de la capacité d’apprendre. Recherche et formation, les personnels de l’éducation et pratiques en formation, 7(1), p. 9-19.   
  • Berbaum J. (1995). Développer la capacité d’apprendre. Paris : ESF.  
  
Fiche de lecture :
  • Develay Michel. Berbaum (Jean). — Développer la capacité d'apprendre. In: Revue française de pédagogie, volume 100, 1992. p. 111.
www.persee.fr/doc/rfp_0556-7807_1992_num_100_1_2509_t1_0111_0000_1